• Soutenance de thèse,

ED 139 - Soutenance de Madame Sophie Pivry

Publié le 28 octobre 2017 Mis à jour le 2 octobre 2018

Processus d’adolescence et dépression chez le sujet déficient moteur : le point de vue subjectif d’adolescents accueillis en Institut d’Education Motrice Sous la direction du Pr R. Scelles

Date(s)

le 20 novembre 2017

15h30,
Bâtiment A salle 304

Lieu(x)
Bâtiment A (René Rémond)
Le jury sera constitué de :
- Antoine BIOY, Professeur des Universités en Psychologie Clinique et Psychopathologie, Université Paris-VIII
- Geneviève BRÉCHON, Maitre de Conférences en Psychologie Clinique et Psychopathologie, Université de Tours (Invitée)
- Marcela GARGIULO, Maître de Conférences - Habilitée à Diriger des Recherches en Psychologie Clinique et Psychopathologie, Université Paris Descartes (Rapporteure)
- Geneviève PETITPIERRE, Professeure des Universités en Pédagogie Spécialisée, Université de Fribourg
- Régine SCELLES, Professeure des Universités en Psychologie Clinique et Psychopathologie, Université Paris Nanterre (Directrice de thèse)
- Catherine WEISMANN-ARCACHE, Maître de Conférences - Habilitée à Diriger des Recherches en Psychologie Clinique et Psychopathologie, Université de Rouen (Rapporteure)

Contexte : L’adolescence est une période de remaniements physiques, psychiques et relationnels. L’enjeu de cette thèse est d’analyser, à partir du discours d’adolescents déficients moteurs, si la présence d’une déficience motrice a des conséquences sur ce processus. Elle interroge également la question de la dépression lors de cette période.
Méthode : Deux corpus sont analysés : 1/ 6 adolescents (14-18 ans) rencontrés pour : a/ un entretien semi-directif ; b/ le DPI (Perron, 1969), projectif portant sur le développement de l’image de soi ; c/ la MDI-C (Castro, 1999) apportant des informations sur les éléments du registre dépressif et leur signification. 2/ Une étude de cas d’un suivi psychothérapeutique longitudinal.
Résultats : Cette étude montre la difficulté pour ces jeunes d’exprimer ce qu’ils vivent. Certains sont manifestement dans un processus d’adolescence et ont trouvé des modalités de contournement de certaines entraves dues aux déficiences, alors que d’autres restent dans un positionnement plus infantile, que ce soit sur le plan intrapsychique ou relationnel. Les liens à la famille et le réseau relationnel extra-familial très restreint ont une fonction centrale dans le déroulement de ce processus. La vie en institution peut entraver le développement de relations diversifiées si importantes à l’adolescence. Si des affects dépressifs sont repérés, ils s’inscrivent dans le processus adolescent « ordinaire ».
Discussion : La méthodologie utilisée a été intéressante mais ses limites ont été identifiées et discutées. Les résultats donnent lieu à interprétation permettant de dessiner ce qui peut favoriser ou entraver 1/ le bon déroulement du processus et 2/ la prise en compte des éléments dépressifs, quand il y en a. La thèse montre la nécessité de mieux prendre en considération la vie intrapsychique de ces adolescents, de repérer leurs ressources pour les soutenir et mieux prendre en compte leurs souffrances psychiques. Ce qui conduit à développer des recherches sur l’accompagnement psychologique de ces jeunes, en tenant compte de leurs conditions de vie.

Mis à jour le 02 octobre 2018